Le label Fairmined

« De l’or dont on peut être fier »

La joaillerie éthique, c’est quoi ?

 

Avant même de vous présenter le label Fairmined, j’aimerais vous présenter les raisons de mon choix. Mon choix, c’est celui de l’or équitable, parce qu’il est urgent d’agir et de soutenir les communautés minières artisanales, de mettre fin au travail des enfants, à l’exploitation des humains et à la pollution irréversible des sols et de l’air.

 

Je vous invite à regarder la vidéo ci-dessus et à visiter le très beau site du label Fairmined (= extrait de façon éthique et équitable), créé par l’ARM (Alliance for Responsible Mining), une ONG qui n’émane pas d’un pays du G7 mais bien d’un pays minier, la Colombie.

 

 

 

Or recyclé ou équitable : quels impacts ?

Si l’or recyclé peut sembler à première vue préférable pour l’environnement, il n’a aucun impact social. Et tandis qu’à Paris nous fabriquerons des bijoux en or recyclé pour être en accord avec nos consciences (et notre porte-monnaie), des mineurs continueront à pratiquer l’orpaillage illégal dans des conditions extrêmement dangereuses, et pour des salaires dérisoires, des enfants risqueront leur vie dans des galeries où l’air est irrespirable, et du cyanure et du mercure continueront à être déversés dans les sols et dans l’air.

Parce qu’en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie (en Mongolie notamment où a lieu une ruée vers l’or depuis une dizaine d’années), des milliers de gens n’ont d’autre source de subsistance que l’extraction de l’or et qu’ils continueront à le faire au péril de leur vie, il est de notre mission de les soutenir pour qu’ils puissent en vivre dignement et travailler dans les meilleures conditions possibles.

Il s’agit ni plus ni moins de sauver des vies et une partie de la planète. L’or équitable, en Colombie notamment, est un vecteur de paix : de nombreuses mines illégales servent à financer les guérillas armées, tandis que les mines labellisées sortent de ce cercle de violences pour s’en affranchir et gagner leur liberté.

Et je suis persuadée que nous défendons davantage l’environnement en aidant de nouvelles communautés minières à extraire l’or dans le respect de l’environnement et des mineurs, qu’en utilisant de l’or recyclé.

 

mines éthiques fairmined

L‘or recyclé, une lapalissade

L’or recyclé, c’est comme la prose : tout le monde en « fait » sans le savoir. Vus son prix et sa rareté, personne ne s’amuse à jeter son or. C’est l’une des matières premières les mieux recyclées : l’or a l’avantage de pouvoir être réaffiné à l’infini en conservant toutes ses propriétés. Tous les ateliers de joaillerie font recycler leurs « déchets », les anciens bijoux sont refondus, etc. Les moindres poussières, limailles, sont précieusement collectées. Même les plus grandes maisons de joaillerie utilisent de l’or recyclé, sans forcément communiquer dessus. Mais les temps changent et Chopard notamment est en train de montrer la voie.

Utiliser de l’or recyclé n’a donc en soi rien d’extraordinaire. Ce qui pourrait l’être, ce serait de pouvoir garantir à ses clients une traçabilité sur cet or recyclé, être certain qu’il n’y a pas de « blood gold » dedans, que la filière de recyclage n’est poreuse à aucun endroit.

C’est précisément ce que nous faisons. Non seulement nous utilisons de l’or équitable tracé Fairmined, mais en plus, toutes nos chutes d’or repartent dans le circuit Fairmined pour être réaffinées en toute traçabilité. Cela a un coût, mais cela fait partie intégrante de nos engagements à l’égard du label.

Vous pourriez donc avoir dans vos bijoux « Paulette à Bicyclette » de l’or Fairmined + de l’or Fairmined recyclé.

 

 

 

 

L’or équitable : des enjeux colossaux

 

90% de l’or aujourd’hui est extrait industriellement dans des mines ultra-mécanisées. Or, les 10% restants sont extraits artisanalement par… 90% de la population totale des mineurs, qui représente des millions de personnes.

 

Soutenir les mines d’or de petite échelle est donc un puissant vecteur d’empowerment pour les millions de mineurs artisanaux. L’impact social est colossal… parce qu’il n’y a quasiment pas d’intermédiaire entre les mineurs et nous. Les mineurs étant organisés en coopérative, ils sont en effet indépendants.

 

L’or équitable est un vecteur de paix, et coupe court au financement d’activités illégales. C’est aussi un outil de protection de l’environnement, avec des méthodes d’extraction respectueuses de la planète et des humains.

 

 

Concrètement, que se passe-t-il dans une mine d’or certifiée Fairmined ?

 

or rose éthique FairminedLe formidable travail de l’Alliance for Responsible Mining, ONG colombienne à l’origine du label Fairmined, mérite d’être cité en exemple et mieux connu du grand public.

 

Pour faire simple, les mines qui réussissent à décrocher le label Fairmined – et à le garder – sont les meilleures élèves de la classe, celles qui ont entre 16 et 20 de moyenne.

 

  • aucun enfant ne travaille dans ces mines,
  • hommes et femmes sont sur un pied d’égalité, y compris pour les salaires,
  • les mineurs d’or ont un revenu minimum décent garanti, grâce à un prix plancher fixé par le label. En moyenne, nous achetons l’or 11 à 15% au-dessus du prix du marché. C’est à cette seule condition que les mineurs peuvent vivre décemment de leur labeur,
  • bien entendu, le travail de mineur est un métier pénible, difficile, et éprouvant, mais dans les mines Fairmined les mineurs sont organisés en coopératives indépendantes et ont des conditions de travail décentes, sécurisées, légales,
  • chaque travailleur bénéficie d’équipements de protection (casque, tenue…), les galeries sont sécurisées, chaque tunnel a un abri pourvu de kits de premiers secours (brancards…)
  • le recours à des agents chimiques (pour la séparation des métaux) est réduit au minimum et fait dans le respect des normes environnementales. Les mines colombiennes avec lesquelles nous travaillons n’utilisent plus du tout de mercure. Le cyanure est encore utilisé, mais en circuit fermé, recyclé, et réutilisé.

Nous achetons notre or éthique et équitable à un prix minimum garanti pour les mineurs. Même si le cours de l’or chutait, nous ne descendrions pas en-deçà du prix plancher fixé entre Fairmined et les mineurs.

 

 

La prime de développement

 

utilisation de la Prime Fairmined par la mine de coodmillaOutre le prix de l’or, nous reversons une prime de développement, directement aux mineurs d’or, à hauteur de 4000€ par kilo d’or acheté.

 

C’est une prime d’ « empowerment », qui finance :

- la mise aux normes de nouvelles mines,

 

- l’achat d’équipements de sécurité et de premiers secours,

 

- la formation des mineurs et des associés des coopératives minières,

 

- des actions sociales et de solidarité à destination de toute la communauté (le village entier, pas seulement les mineurs et leurs familles),

 

- des actions de reforestation et de préservation de l’environnement.

 

Sur chaque bijou en or, cela représente un don direct de plusieurs dizaines d’euros en moyenne. Là où la prime Fairtrade n’est que de 2 euros par gramme, c’est 4 euros pour Fairmined. L’impact social est ainsi multiplié par 2.

 

Ainsi, avec nos clients, nous agissons concrètement pour réduire les émissions nocives pour l’environnement et les populations vivant près des mines, développer des initiatives qui permettent aux artisans miniers de vivre dignement de leur travail, et de prendre soin de leur environnement.

 

 

D’où vient notre or éthique ?

 

Harbi Guerrero, représentant de la mine de CoodmillaNous travaillons actuellement avec de l’or éthique provenant de mines certifiées Fairmined, en Colombie, en Bolivie, au Pérou et en Mongolie. Nous travaillons principalement avec la Colombie, avec laquelle nous avons noué des liens resserrés.

 

J’ai eu le grand plaisir de recevoir, dès 2014, la visite de responsables de ces mines à la boutique, des moments très forts.

 

Harbi Guerrero, représentant de la mine de Coodmilla, m’a expliqué que pour sa coopérative minière, le passage en Fairmined était une garantie de progrès social et environnemental et bien sûr synonyme d’une plus juste rétribution. Ils avaient tout à y gagner. C’était une opération gagnant-gagnant.

 

J’ai eu la chance d’aller en Colombie en février 2018, j’ai retrouvé Harbi et sa coopérative minière, qui s’était magnifiquement développée. J’ai enfin pu rencontrer ceux qui extraient l’or avec lequel nous travaillons, voir leurs conditions de travail et l’autre bout de la chaîne. Un voyage initiatique, incroyable… dont je suis revenue avec la certitude d’être sur le bon chemin en ayant opté pour l’or Fairmined.

C’était si fort de mesurer à quel point nous partageons les mêmes valeurs, et œuvrons dans le même sens.

 

 

Hélène Grassin à la mine d'Iquira avec des mineurs d'or

 

La préservation de leur environnement est au cœur des préoccupations des mineurs d’or Fairmined colombiens.

 

Rolberto Alvarez, représentant de la mine de la Fortaleza, se fait un devoir de préserver la biodiversité.

Il est en train de créer un circuit de randonnée écologique, pour sensibiliser le public. Sur ce sentier, il montre notamment un ancien site de traitement de l’or, vestige de la mine exploitée par son père jusque dans les années 70.

 

C’est un crève-cœur de voir ces bassins orangés remplis de mercure, qui touchent quasiment la rivière. Pour ces seuls petits bassins, une décontamination complète du site coûte 40 000 dollars. Rolberto lève actuellement des fonds pour le dépolluer entièrement.

 

C’est une grande fierté pour Paulette à Bicyclette de travailler main dans la main avec des hommes et des femmes qui se donnent autant pour faire leur part.

 

 

 

 Ancien bassin de mercure en bordure de la mine de la Fortaleza en Colombie

Cette photo illustre parfaitement pourquoi et à quel point il est urgent de soutenir et d’accompagner l’extraction minière artisanale : pour que ce type de bassin n’existe plus.

 

Le mercure est très utilisé dans les mines de petite échelle car il permet de séparer, sans équipement ni outillage, l’or des autres minerais. Or, faute de moyens et de formation, il est souvent utilisé sans aucune précaution, malgré sa très haute nocivité pour l’être humain et la terre. Et décontaminer les sites est ensuite très coûteux et complexe.

 

Les mines Fairmined sont de véritables vecteurs de progrès social à l’échelle de toute leur communauté. Les bénéfices créés par quelques dizaines rejaillissent sur les quelques milliers qui les entourent. Il faut bien préciser que pour les Colombiens que j’ai rencontrés, la solidarité n’est pas qu’un mot, ils l’incarnent.

 

 

 

 

 

Quid des pierres précieuses ?

 

A l’heure actuelle, il n’existe pas, pour les pierres, de label aussi fiable que Fairmined en terme de traçabilité, protection sociale et environnementale. Pour autant, des initiatives existent et beaucoup aimeraient pouvoir appliquer à l’extraction des pierres les standards Fairmined, qui sont un modèle pour tout le secteur.

 

 

Bijoux sur-mesure Paulette à Bicyclette copyright Nadine Court